BauBuche pour un projet de logement collectif : le « Quartier Wir » à Berlin-Weißensee

La situation proche du cimetière juif Adass Jisroel, protégé en sa qualité de jardin du souvenir, à elle seule confère une certaine singularité au nouveau quartier s'étendant sur 7 000 mètres carrés au nord-est de la ville. S'ajoute à cela la directive du concepteur du projet UTB Projektmanagement GmbH, stipulant qu'il ne s'agissait pas simplement de créer un lotissement pour 250 personnes sur l'ancienne friche, mais davantage de faire entrer un peu de vitalité dans la ville.

"Quartier Wir" en détail

Maître d'ouvrage

UTB Construction & Developement GmbH, Berlin, DE

Baugenossenschaft „Besser Genossenschaftlich Wohnen von 2016“ eG, Berlin, DE

Lieu de construction

Berlin

Architecte

Deimel Oelschläger Architekten Partnerschaft, Berlin, DE

Construction bois

 Terhalle Holzbau GmbH, Ahaus-Ottenstein, DE

Planification de l'ossature

bauart Konstruktions GmbH & Co. KG , Lauterbach, DE
Photo

Felix Loechner Architekturfotografie

Tandis qu'il est difficile d'identifier de l'extérieur que les bâtiments du « Quartier Wir » sont des constructions en bois en raison des façades enduites, les espaces intérieurs ne laissent aucune place au doute. Ici, la chaleur naturelle et le toucher du parquet, des fenêtres en bois et, surtout, de la structure porteuse en bois sont caractéristiques. Le bois est appréhendé dans les bâtiments, en guise de matériau autonome doué d'une diversité pleine de vie. Dans les grands logements et les colocations notamment, les piliers et longerons autonomes posés de manière autonome en disent long sur l'histoire de flexibilité créée dans le bâtiment. L'ossature simplifie, d'une part, les futures adaptations de l'espace dans les logements, et permettrait même en théorie une exploitation sous forme de surfaces de bureaux. Elle facilite également le recyclage de la construction à la fin de sa durée de vie. Cela ne devrait toutefois par être pour demain grâce l'approche durable globale du projet.

Flexible grâce à une ossature en bois

Et tout particulièrement au regard de ces conditions-cadres ambitieuses, concevoir un bâtiment répondant à des standards de durabilité élevés était une évidence pour les architectes. D'une part, ils ont positionné les corps de bâtiments réalisés selon le standard KfW 40 sur le terrain, de manière à donner vie à un quartier connecté à son environnement, avec des espaces extérieurs publics et privés délicatement aménagés en terrasses. D'autre part, ils ont opté pour une structure porteuse, ainsi que des parois extérieures non porteuses en bois : un matériau naturel qui stocke le CO2, doté d'excellentes propriétés de biodégradation et caractéristiques physiques de construction. En guise de système porteur, ils ont choisi une ossature composée de piliers et de longerons en lamellé-collé, ainsi que de plafonds en contreplaqué, tandis que les parois extérieures se composent d'éléments d'encadrement en bois totalement préfabriqués avec fenêtres et isolation cellulosique. Après le montage, ces éléments ont été habillés de placoplâtre à l'intérieur et enduits à l'extérieur. L'atout majeur de l'ossature avec des cloisons légères entre les séjours et les chambres réside dans la flexibilité extrêmement élevée dans l'aménagement des plans de sols ; une telle flexibilité était incontournable pour superposer des types de logements dotés de répartitions de l'espace parfois totalement différentes.

Des dimensions de composants homogènes grâce à des piliers et longerons en BauBuche résistant aux pressions élevées

Anschlüsse StützeLes cinq immeubles d'habitation sont quasiment identiques du point de vue de la construction. Au-dessus des sous-sols se trouvent des étages d'habitation, qui se caractérisent par des noyaux centraux de consolidation formés par une cage d'escalier, entourés par une ossature en bois périphérique. Cette dernière est dotée de deux rangées de piliers extérieures et de deux rangées de piliers centrales dans le sens longitudinal du bâtiment ; l'entraxe de 2,80 m entre les piliers extérieurs et la façade est exactement égal à la moitié de celui avec les piliers positionnés dans le prolongement des cloisons de la cage d'escalier. Les petits entraxes et les charges verticales comparativement faibles au niveau de la façade ont permis d'utiliser des piliers et des longerons relativement étroits en lamellé-collé d'épicéa dans les classes de résistance GL24h-32h.

Pour les deux rangées de piliers centrales, les entraxes sont plus importants (et les plages d'introduction de charge et les charges verticales sont également plus élevées) afin de garantir la flexibilité des plans au sol. Ici, la déviation de charge avec des piliers en épicéa aurait uniquement été possible avec des dimensions de composants démesurément grandes, qui n'auraient toutefois pas été en accord visuel avec le reste de construction visible et auraient, en outre, gêné le guidage des conduites du système de ventilation contrôlée. Ainsi, pour les piliers et les longerons de cette zone, du BauBuche a majoritairement été utilisé, un matériau doté d'une résistance extrêmement élevée à la pression avec une classe de résistance GL70. À la différence des plafonds, des éléments en contreplaqué d'épicéa d'une épaisseur homogène de 24 cm qui reposent sur les longerons rétrécis en haut, les section des piliers et longerons en BauBuche varient à l'intérieur du bâtiment en fonction de l'emplacement de montage et des exigences statiques.

Combinaisons de composants en bois d'épicéa et en BauBuche

Comme le système porteur, tous les détails de raccordement sont également standardisés et donc utilisables, en principe, pour des éléments en épicéa et en BauBuche. En respectant cette approche de construction pragmatique, il a été possible de combiner sans difficulté des éléments en épicéa et en BauBuche, lorsque les situations de charge le permettaient. La fixation des longerons fendus au niveau de la paroi de la cage d'escalier a été assurée par une plaque d'acier noyée dans le béton, avec un fourreau en acier soudé et des chevilles à frapper. Dans la zone des piliers, des plaques d'acier positionnées en affleurement dans la tête et le pied des piliers, ainsi que des chevilles à frapper verticales introduites dans des trous pré-percés dans le longeron assurent le guidage transversal des forces verticales d'un pilier à un autre. Grâce aux dispositifs de connexion logiquement invisibles, l'atmosphère de la pièce est majoritairement marqué par les surfaces en bois.

Durabilité sociale et structurelle

Tandis qu'il est difficile d'identifier de l'extérieur que les bâtiments du « Quartier Wir » sont des constructions en bois en raison des façades enduites, les espaces intérieurs ne laissent aucune place au doute. Ici, la chaleur naturelle et le toucher du parquet, des fenêtres en bois et, surtout, de la structure porteuse en bois sont caractéristiques. Le bois est appréhendé dans les bâtiments, en guise de matériau autonome doué d'une diversité pleine de vie. Dans les grands logements et les colocations notamment, les piliers et longerons autonomes posés de manière autonome en disent long sur l'histoire de flexibilité créée dans le bâtiment. L'ossature simplifie, d'une part, les futures adaptations de l'espace dans les logements, et permettrait même en théorie une exploitation sous forme de surfaces de bureaux. Elle facilite également le recyclage de la construction à la fin de sa durée de vie. Cela ne devrait toutefois par être pour demain grâce l'approche durable globale du projet.

-Text by Roland Pawlitschko-

Présente ici vos projets de BauBuche!

Vous avez ici la possibilité de présenter vos propres projets et produits réalisés avec le nouveau matériau BauBuche de Pollmeier.

Présenter un projet!

Autres références